la saison les spectacles

ven. 8 oct.  20H30
Grand Théâtre
durée 1h30 sans entracte

Après un premier album devenu disque de platine, Hoshi revient avec un nouvel opus intime et engagé, dans lequel sa voix rauque et vibrante sert une pop colorée, aux accents de rock et de rap.

« Est-ce qu’on va un jour en finir / Avec la haine et les injures / Est-ce qu’on viendra leur dire / Qu’on s’aime et que c’est pas impur ».
Amour censure, le premier titre de son album Sommeil levant, est un débordement, un cri du cœur authentique à l’émotion brute et aux mélodies frénétiques, électro et urbaines. Hoshi signe l’écriture et la composition de 14 titres très intimes, sombres ou légers, dans lesquels elle raconte ses blessures personnelles, parle d’amour mais aussi de ses combats, contre l’homophobie ou pour l’environnement. On la croirait sortie d’un manga, avec son eye-liner, son chignon haut et son kimono, Hoshi a pourtant grandi ici, à Montigny-le-Bretonneux, et nous le rappelle dans la chanson SQY.
On retrouve dans ses titres percutants et sensibles, à l’écriture léchée, des inspirations qui vont de la chanson française des Gainsbourg père et fille, du rock de Patti Smith à celui des Stones. Une jolie plume baignée dans un spleen et un phrasé singulier.
Hoshi, c’est tout ça, une artiste libre, pour qui la musique est quelque chose qui « dépasse, cueille le réel, dénonce, éveille. »



Après un premier album devenu disque de platine, Hoshi revient avec un nouvel opus intime et engagé, dans lequel sa voix rauque et vibrante sert une pop colorée, aux accents de rock et de rap.

« Est-ce qu’on va un jour en finir / Avec la haine et les injures / Est-ce qu’on viendra leur dire / Qu’on s’aime et que c’est pas impur ».
Amour censure, le premier titre de son album Sommeil levant, est un débordement, un cri du cœur authentique à l’émotion brute et aux mélodies frénétiques, électro et urbaines. Hoshi signe l’écriture et la composition de 14 titres très intimes, sombres ou légers, dans lesquels elle raconte ses blessures personnelles, parle d’amour mais aussi de ses combats, contre l’homophobie ou pour l’environnement. On la croirait sortie d’un manga, avec son eye-liner, son chignon haut et son kimono, Hoshi a pourtant grandi ici, à Montigny-le-Bretonneux, et nous le rappelle dans la chanson SQY.
On retrouve dans ses titres percutants et sensibles, à l’écriture léchée, des inspirations qui vont de la chanson française des Gainsbourg père et fille, du rock de Patti Smith à celui des Stones. Une jolie plume baignée dans un spleen et un phrasé singulier.
Hoshi, c’est tout ça, une artiste libre, pour qui la musique est quelque chose qui « dépasse, cueille le réel, dénonce, éveille. »




Hoshi chant / Alex Monpart basse / Alexandre Perroud claviers / Virgile Carlsson batterie / Audrey Tesson guitare

Production Caramba Culture Live / Photo © Axel Vanhessche
Hoshi chant / Alex Monpart basse / Alexandre Perroud claviers / Virgile Carlsson batterie / Audrey Tesson guitare

Production Caramba Culture Live / Photo © Axel Vanhessche

Mathilde Gerner, dite Hoshi (« étoile », en japonais), est auteure, compositrice et interprète. Elle a appris très jeune le piano, puis la guitare, et a eu envie de chanter en entendant Brel. Elle participe brièvement à The Voice, mais est surtout remarquée lorsqu’elle participe à l’émission Rising Star, à 17 ans.

Son premier album, Il suffit d’y croire, sorti en 2018, et la chanson Ta Marinière, la propulsent sur le devant de la scène. En mars 2020, Hoshi est nommée aux Victoires de la musique dans la catégorie Révélation scène. Quelques mois plus tard, en juin, elle sort son deuxième opus, Sommeil levant.

Mathilde Gerner, dite Hoshi (« étoile », en japonais), est auteure, compositrice et interprète. Elle a appris très jeune le piano, puis la guitare, et a eu envie de chanter en entendant Brel. Elle participe brièvement à The Voice, mais est surtout remarquée lorsqu’elle participe à l’émission Rising Star, à 17 ans.

Son premier album, Il suffit d’y croire, sorti en 2018, et la chanson Ta Marinière, la propulsent sur le devant de la scène. En mars 2020, Hoshi est nommée aux Victoires de la musique dans la catégorie Révélation scène. Quelques mois plus tard, en juin, elle sort son deuxième opus, Sommeil levant.


Grand Théâtre
durée 1h30 sans entracte

Actus

En images