la saison les spectacles

Du 23 au 24 nov.  20H30
Petit théâtre
durée 50 min sans entracte

Chorégraphe remarqué de la scène portugaise, Marco Da Silva Ferreira trouve le lien entre la danse contemporaine et les danses urbaines. Bisonte est un spectacle intense, physique, électrisant !

Entre hip-hop et autres danses urbaines (voguing, popping, krump), Bisonte trouble les identités assignées du masculin et du féminin. Dans un monde qui privilégie la force et la virilité, il redonne leur place à la vulnérabilité et à la sensibilité. Sur scène, 6 corps musculeux deviennent bisons, bêtes sauvages imposantes et fragiles, porteuses de puissance mais aussi d’émotion. Les 3 danseurs au physique masculin très normé, et les 3 danseuses qui ne s’encombrent pas de féminité, prennent à rebours les clichés du genre. Au rythme effréné d’un son électro pulsant, ils offrent une danse primitive, magnétique, un débordement d’énergie ininterrompue. Jusqu’à l’épuisement !

Marco Da Silva Ferreira poursuit son exploration des danses urbaines débutée avec le spectacle qui l’a révélé comme meilleur jeune créateur portugais, Hu(r)mano. Les six athlètes, affublés de tenues de sport ultra-colorées et de genouillères, traversent une mélancolie nichée dans une version autotunée de La Lambada, déploient un univers queer et pop tantôt surexposé, tantôt intime. Une exploration de l’humain délicate et électrisante, qui conduit à une scène finale époustouflante de beauté.

Chorégraphe remarqué de la scène portugaise, Marco Da Silva Ferreira trouve le lien entre la danse contemporaine et les danses urbaines. Bisonte est un spectacle intense, physique, électrisant !

Entre hip-hop et autres danses urbaines (voguing, popping, krump), Bisonte trouble les identités assignées du masculin et du féminin. Dans un monde qui privilégie la force et la virilité, il redonne leur place à la vulnérabilité et à la sensibilité. Sur scène, 6 corps musculeux deviennent bisons, bêtes sauvages imposantes et fragiles, porteuses de puissance mais aussi d’émotion. Les 3 danseurs au physique masculin très normé, et les 3 danseuses qui ne s’encombrent pas de féminité, prennent à rebours les clichés du genre. Au rythme effréné d’un son électro pulsant, ils offrent une danse primitive, magnétique, un débordement d’énergie ininterrompue. Jusqu’à l’épuisement !

Marco Da Silva Ferreira poursuit son exploration des danses urbaines débutée avec le spectacle qui l’a révélé comme meilleur jeune créateur portugais, Hu(r)mano. Les six athlètes, affublés de tenues de sport ultra-colorées et de genouillères, traversent une mélancolie nichée dans une version autotunée de La Lambada, déploient un univers queer et pop tantôt surexposé, tantôt intime. Une exploration de l’humain délicate et électrisante, qui conduit à une scène finale époustouflante de beauté.


Direction artistique et chorégraphie Marco da Silva Ferreira / Assistant à la direction artistique Pietro Romani / Avec Anaísa Lopes, André Cabral, Duarte Valadares, Eríca Santos, Leo et Marco da Silva Ferreira / Direction technique et création lumière Wilma Moutinho / Création sonore Rui Lima et Sérgio Martins / Direction musicale Marco da Silva Ferreira, Rui Lima, Sérgio Martins / Scénographie Fernando Ribeiro / Costumes João Rôla

Production executive Joana Costa Santos / Production Pensamento Avulso, Associação de Artes Performativas / Coproduction Teatro Municipal do Porto (PT), São Luiz Teatro Municipal (PT), Théâtre de la Ville (FR), Charleroi Danse (BE) / Accueil en résidence O Espaço do Tempo (PT), Teatro Municipal do Porto (PT), Centro Cultural Vila Flor (PT), Charleroi Danse (BE), Centre Chorégraphique National de Caen en Normandie (FR), La Place de la Danse Centre de Développement Chorégraphique National Toulouse — Occitane (FR) / Avec le soutien de la Direction générale des Arts (Portugal) / Photo © Jose�? Caldeira
Direction artistique et chorégraphie Marco da Silva Ferreira / Assistant à la direction artistique Pietro Romani / Avec Anaísa Lopes, André Cabral, Duarte Valadares, Eríca Santos, Leo et Marco da Silva Ferreira / Direction technique et création lumière Wilma Moutinho / Création sonore Rui Lima et Sérgio Martins / Direction musicale Marco da Silva Ferreira, Rui Lima, Sérgio Martins / Scénographie Fernando Ribeiro / Costumes João Rôla

Production executive Joana Costa Santos / Production Pensamento Avulso, Associação de Artes Performativas / Coproduction Teatro Municipal do Porto (PT), São Luiz Teatro Municipal (PT), Théâtre de la Ville (FR), Charleroi Danse (BE) / Accueil en résidence O Espaço do Tempo (PT), Teatro Municipal do Porto (PT), Centro Cultural Vila Flor (PT), Charleroi Danse (BE), Centre Chorégraphique National de Caen en Normandie (FR), La Place de la Danse Centre de Développement Chorégraphique National Toulouse — Occitane (FR) / Avec le soutien de la Direction générale des Arts (Portugal) / Photo © Jose�? Caldeira

Marco da Silva Ferreira a découvert la danse en regardant les clips de Madonna, Michael Jackson et Usher ente autres. Après s’être formé à Los Angeles, il remporte à 23 ans, au Portugal, l’émission populaire So you think you can dance. Puis il se forme à la danse contemporaine à NYC. Il est interprète, entre autres, de Hofesh Shechter, Tiago Guedes ou Victor Hugo Pontes. Il crée son premier solo en tant que chorégraphe, Nevoeiro 21, en 2012. La diversité de ses influences et de son apprentissage le mène à inventer une danse empreinte de cultures urbaines, qui recherche l’authenticité de l’émotion.

Marco da Silva Ferreira a découvert la danse en regardant les clips de Madonna, Michael Jackson et Usher ente autres. Après s’être formé à Los Angeles, il remporte à 23 ans, au Portugal, l’émission populaire So you think you can dance. Puis il se forme à la danse contemporaine à NYC. Il est interprète, entre autres, de Hofesh Shechter, Tiago Guedes ou Victor Hugo Pontes. Il crée son premier solo en tant que chorégraphe, Nevoeiro 21, en 2012. La diversité de ses influences et de son apprentissage le mène à inventer une danse empreinte de cultures urbaines, qui recherche l’authenticité de l’émotion.


Petit théâtre
durée 50 min sans entracte

Actus

En images