17/12/2018

Aiat Fayez

Portrait de l'auteur de la pièce Un Pays dans le ciel



BIOGRAPHIE

Né en 1979, Aiat Fayez suit des études de philosophie à Paris. Il quitte la France en 2010 et s'installe à Vienne en Autriche où il se consacre à l'écriture. Ses romans sont publiés chez P.O.L et son théâtre chez L'Arche Editeur. Très tôt, France Culture s'intéresse à son écriture et enregistre les pièces Perceptions (2014) et L'Eveil du printemps (2016). La Comédie de Reims passe commande à Aiat Fayez de la pièce La Baraque (2015) qui sera présentée à Reims, Rome et Stuttgart dans une mise en scène de Ludovic Lagarde. Aiat Fayez reçoit en 2016 le Prix Scenic Youth (Prix des lycéens pour les nouvelles écritures de théâtre, organisé par la Comédie de Béthune) pour sa pièce destinée aux adolescents L'Eveil du printemps.

ENTRETIEN

Pourquoi avoir choisi le thème de l’étranger pour ces ateliers ?

Avant tout parce qu’il y a une corrélation entre ma vie et mon travail d’écriture. C’est-à-dire que le problème de ma vie, le fait que je ne sois nulle part chez moi, est ma problématique d’écriture. Je ne me sens nulle part chez moi : ni dans mon pays dit « natal », ni en France, ni en Autriche. C’est par la voie de l’exclusion que je me sens étranger. Cela est tout à fait le cœur de mon travail, « l’étranger », comme un arbre sans racines dont les ramifications seraient autant de sous-thèmes, comme par exemple l’exil, la langue maternelle, la langue mineure, les frontières, etc. Ce sont des thèmes qui reviennent immanquablement dans mon travail.

Quels sont les points essentiels des ateliers ?

Je fais ces ateliers parce que j’aime échanger et que c’est quelque chose que je fais peu dans ma vie quotidienne. Quand je donne un atelier d’écriture, c’est toujours avec l’envie d’échanger, de parler autant que d’entendre, parce que je ne fais ni l’un ni l’autre lorsque j’écris. Ces ateliers sont également importants d’un point de vue de la transmission. Je me revois à l’âge des participants, c’est un moment important de leurs vies sans qu’ils ne s’en rendent compte. Ma parole, en tant qu’intervenant extérieur à l’établissement et en tant qu’auteur, qui est souvent une figure mythifiée, est d’autant plus importante. Je prends donc soin d’encourager ces lycéens, de leur dire quand leur travail est bon. Si je les sens intéressés par l’écriture, je vais même leur proposer des lectures. C’est ce qui m’est arrivé, à quatorze ans. Lors d’un atelier avec un auteur, en classe, ce dernier est venu me voir pour m’encourager. J’ai ce sentiment de dette.

Les ateliers m’apportent énormément. Toutes les questions et les interrogations des élèves m’apportent. Non pas forcément en elles-mêmes, elles peuvent être parfois très simples, mais parce qu’elles me font réfléchir après-coup. Je ne sors jamais d’un atelier sans que quelque chose se soit légèrement modifié en moi.

Quels conseils donneriez-vous à un jeune qui se sentirait éloigné de la lecture et du théâtre ?

Mon premier conseil serait peut-être de s’isoler pour lire, pour se donner les moyens de la lecture. On ne peut pas lire à plusieurs, on a besoin de calme et de solitude pour s’ouvrir au livre. Mon deuxième conseil serait d’être patient. Le livre n’est pas un être humain, il ne réagit pas rapidement comme un être humain. Avec le temps cependant, on voit ce qu’il nous apporte. Notamment, la lecture nous permet de voir vraiment ce que l’on voit tous les jours sans  prêter attention. On peut sortir de cette amnésie du quotidien par la lecture.

C’est la lecture qui nous donne l’envie d’écrire. Dans mon cas, c’est même la lecture qui m’a donné envie d’aller au Théâtre. Aller au Théâtre, ce n’est pas voir la pièce lue. C’est voir une manière de lire une pièce. Lorsqu’on va au Théâtre voir une pièce, cela n’empêche pas, au contraire, de la lire, parce que la lecture est toujours différente de ce que l’on voit. Il y a alors une forme de déjà-vu agréable, une instabilité, entre ce que notre imaginaire a fait du texte et ce qui est représenté sur scène.

BIBLIOGRAPHIE
2018 : Place des Minorités / Le Monologue de l’exil, L’Arche Éditeur (théâtre)
2016 : De plus belles terres / Angleterre, Angleterre, L'Arche Éditeur (théâtre)
2015 : La Baraque, L'Arche Éditeur (théâtre)
2014 : Un autre, éditions P.O.L (roman)
2012 : Terre vaine, éditions P.O.L (roman)
2011 : Les Corps étrangers, L'Arche Éditeur (théâtre)
2009 : Cycle des manières de mourir, éditions P.O.L (roman)

théâtre de
st-quentin
-en-yvelines

Scène nationale

Place Georges Pompidou - CS 80317
78054 Saint Quentin en Yvelines
administration tél. : 01 30 96 99 30
administration@tsqy.org
01 30 96 99 00
 ENVOYER UN EMAIL